Les personnages d'Ervalon : Chtark

Publié le par David Bry

Je commence aujourd'hui une présentation des personnages principaux de la Seconde Chute d'Ervalon. Ils devraient se suivre les uns et les autres, dans l’ordre de leur apparition dans les romans.
Bonne lecture !

Chtark Magreer
Chtark Magreer est le petit-fils de l’ancien maître d’arme du duc d’Avelden. Il a été élevé dans les plus pures traditions de la famille : une parole donnée est d’or, et un homme qui ne sait pas se battre n’est bon à rien. Dès son plus jeune âge, on lui a donc appris la valeur des promesses, et les rudiments du combat à l’épée et du duel. 
 
Le garçon s’est vite révélé talentueux une arme à la main, et son grand-père passa la plus grande partie de ses dernières années à inculquer au jeune homme tout ce qu’il avait appris en une vie entière. Quand Chtark n’était pas à travailler dans le domaine familial ou en train d’apprendre à manier l’épée dans la grande cour commune de la maison des Magreer, il courait les montagnes alentours. Chasseur doué, il revenait rarement les mains vides. Il arbore toujours fièrement sur les épaules son plus grand trophée : une peau de l’ours qu’il a lui-même tué, qui lui sert maintenant de manteau et de couverture.
 
Chtark est un pur produit de la famille Magreer. Loyal, fidèle en amitié et bon vivant, il est également obstiné comme les pierres de ses montagnes natales, et rigide comme l’acier de l’épée de son grand-père, dont il hérita lorsque celui-ci mourut.

Ce que j’en pense …
Ah, Chtark ... Tout un poème ! Il me fait penser à un cheval de trait, ou à un taureau. Fort et obstiné, il trace sa voie, impassible, et ira droit, toujours tout droit. Il est persuadé que le monde est tel qu’il le voit, ou qu’il peut le devenir s’il s’y emploie. Ses œillères sont son plus grand défaut. Elles sont aussi source de dissensions avec ses amis, lorsque ceux-ci dévient de la route que Chtark avait imaginée pour eux. 
 
J’aime beaucoup ce personnage. Il est l’archétype d’Avelden et des montagnes dont il est originaire. Il incarne l’espoir, la force de la volonté. La générosité aussi, car il n’hésite pas à se mettre en danger pour sauver ses amis. C’est quelqu’un de brut et d’entier, avec tout ce que cela implique comme qualités et défauts. Et je suis persuadé qu’il faut beaucoup de force (et un peu d’inconscience aussi ;) pour se dire comme il le fait que tout est toujours possible.

Publié dans Ervalon

Commenter cet article